vendredi 11 mars 2011

Les gendarmes se reproduisent….

Nan, bande de cochons, pas les mecs avec les jumelles sur la route, (bizarrement j’ai jamais eu aucun fantasmes sur les hommes en uniforme…)
Je vous parle des petits insectes rouges avec des taches noires (pas les coccinelles)


Oui, bon maintenant vous voyez de quoi je parle ? Bref, Y en a de PARTOUT chez ma mamie (encore par monts et par vaux, oui je sais pour une petite journée encore et je retrouve mon lit et Trouland par la même occaz’), sur les murets et sous les pierres. Ils avancent accrochés à leur femelle par le derrière comme si leur vie e dépendait.
Quand j’étais petite (et que je tentaient diverses expériences comme remplir d’eau un trou de taupe ou donner du sucre aux souries), j’ai essayé une fois de les séparer (oui je sais c’est mal, j’irais en enfer un jour), et le mec (ou la femelle, mais c’est bien un truc de mec) il s’est barré illico. Il a pas essayé de se raccrocher à sa copine, il s’est juste en allé. Oui je m’en veux encore aujourd’hui, j’ai gâché la vie d’une gendarmette qui n’avait rien demandé à personne  et qui désirait simplement être en cloque, histoire de pas être la risée de toute sa lignée. Encore une preuve que tous les mecs animal, végétal, ou humain) sont tous des saligauds, prêt à abandonner leur meuf à la première difficulté
Une fois encore, je m’égard dans les méandres de la folie obscure. A la base, ce que je voulais dire, c’était que le printemps était là dans le sud. Il a fait 27 degrés hier gnarc gnarc gnarc, faut que je me rachète du déo.

Pendant cette semaine, je suis allée dans la famille, avec les vieux rigolo et les grandes tantes attentionnées. J’aime par dessus tout les conversations des grands-mère autour du café:
-Et Jacqueline ?
-Ah ben elle est morte y a bien deux ans, foudroyée par un  éclaire, sur la place de la mairie…la pauvre
-Ah ben elle nous manque pas, j’peux te l’dire
Merci tonton Jo, pour cette conclusion plus qu’amicale envers la pauvre Jacqueline…
Sur ce, au prochain post…